47 Meters Down : Uncaged
de Johannes Roberts (2019)
   06 Mai 2020  
47 Meters Down : Uncaged sur IMDb  

Quitte à vous proposer une suite (3 From Hell, article d'hier), pourquoi ne pas vous en proposer une autre ? Mais 47 Meters Down : Uncaged n'est pas vraiment une suite de 47 Meters Down. Il en porte bien le titre (avec ce magnifique ajout, Uncaged, qui nous promet certainement monts et merveilles), mais les deux films n'ont absolument rien en commun l'un avec l'autre, si ce n'est qu'on trouve dans les deux de l'eau, des requins et des demoiselles en détresse.

Mia et Sasha sont "soeurs" au sein d'une famille recomposée mais elle ne s'entendent pas bien. Pour qu'elles aient une chance d'apprendre à mieux se connaître, Grant, le père de Mia, leur offre une petite excursion à bord d'un bateau panoramique pour voir des requins. Mais au dernier moment, les deux filles changent d'avis et partent pour une après-midi de nage et de plongée en compagnie de deux amies de Sasha. Un changement de programme qui va s'avérer désastreux lorsqu'elles se rendent compte que la grotte dans laquelle elles sont entrées n'est pas tout à fait aussi déserte qu'elles le pensaient.

À deux-trois rebondissements près, notre synopsis vous raconte tout le film ! Quelle horreur ! Le premier 47 Meters Down a été un tel succès au box-office (budget estimé à 5,3 millions et des recettes mondiales dépassant les 60 millions) qu'il fallait évidemment en produire un autre, et tant pis si on a oublié d'inviter un scénariste à la fête. On trouve un bête prétexte pour plonger quatre demoiselles dans l'eau, un autre pour qu'elles se retrouvent coincées en mauvaise compagnie et on croise les doigts pour faire autant d'argent que la première fois.

Et c'est malheureusement exactement ce que nous avons entre les mains avec 47 Meters Down : Uncaged. Une non-suite bateau et prévisible, dont les personnages meurent tous les quart d'heure, en commençant par ceux qu'on estime les plus aptes à survivre et en recyclant autant de scènes clichées que possible. Nous ne nous attarderons pas sur la logique sous-jacente régissant toute l'intrigue (une créature enfermée depuis fort fort longtemps dans une caverne où elle n'a pas dû trouver grand-chose pour se nourrir, mais qui reste malgré tout extrêmement vivace et robuste) pour nous concentrer sur les quelques rebondissements qui entachent celle-ci.

Des rebondissements qui mettent surtout en évidence le parti pris par les scénaristes et producteurs de recourir le plus souvent possible aux effets spéciaux, que ce soit pour donner vie aux requins ou à l'environnement dans lequel évolue les personnages. Pourtant le budget de cette "suite" est bien plus confortable que celui du premier film, atteignant 12 millions en lieu et place des 5,3 millions de l'original. Ce qui nous pousse à nous demander où a bien pu passer cet argent, car ce que nous avons vu à l'écran ne nous a pas convaincu. Des rebondissements creux qui permettent d'attendre le prochain rebondissement creux qui permet d'attendre et d'atteindre la fin du film. Pas ce que nous espérions voir et pas ce que nous appelons un bon film.

47 Meters Down : Uncaged reçoit évidemment une pastille orange et nous rappelle que tous les films ne peuvent pas être comme le meilleur film d'horreur de 1975.

Arflane