The Dark Stranger
de Chris Trebilcock (2015)
   26 Octobre 2016  

En tombant sur The Dark Stranger nous pensions avoir enfin trouvé un film d'animation horrifique à vous proposer. Notre première déception a donc été de constater qu'il s'agissait en fait d'un film traditionnel contenant des passages animés. Mais malgré ce léger coup au moral, nous avons persévéré et sommes allé au bout de The Dark Stranger.

Leah est au plus mal. Sa mère s'est suicidée dernièrement et Leah pense être en grande partie responsable de son acte. Il n'est donc pas très étonnant qu'elle tombe en dépression et elle développe même une agoraphobie l'empêchant de mettre les pieds hors de sa maison. Son père et son frère la soutiennent du mieux qu'ils peuvent. C'est au travers du dessin qu'elle va tenter de reprendre goût à la vie, mais elle se rend rapidement compte qu'un mystérieux étranger s'est invité dans son imagination et qu'elle n'est pas tout à fait en contrôle de l'histoire qu'elle raconte.

L'année 2016 n'est pas encore terminée mais nous pensons d'ores et déjà pouvoir affirmer que The Dark Stranger sera une des plus grandes déceptions de l'année. C'est un film détenant un fort potentiel visuel, horrifique, scénaristique et tout ce que vous voulez d'autre, mais qui finalement ne parvient à rien à cause de quelques lacunes un peu trop dérangeantes. La première et principale lacune, empêchant le film d'être au moins correct, réside dans son personnage principal et dans son interprétation. Non que l'actrice soit mauvaise, mais le scénariste (et réalisateur) n'a pas su nous présenter son héroïne dépressive autrement qu'en nous la rendant terriblement antipathique ! Elle déprime, elle râle, elle est désagréable avec son entourage, et devient très vite désagréable auprès du spectateur. Elle perd ainsi le capital sympathie qu'elle aurait pu avoir si la situation nous avait été mieux présentée.

Vient ensuite le côté animation du projet qui est fort sympathique mais malheureusement pas aussi présent que nous l'aurions aimé. Les séquences animées sont bonnes et nous présentent un univers que nous aurions pu découvrir plus profondément. Un monde parallèle dans lequel évolue l'avatar de l'héroïne et où elle est confrontée à un vil démon qui ne lui veut visiblement pas que du bien. Le sujet du film est vraiment intéressant et, entre les bonnes mains (le Tim Burton de la grande époque ?) ou doté d'un budget plus conséquent, The Dark Stranger aurait pu devenir un excellent film fantastique.

Mais dans sa forme actuelle, The Dark Stranger est relativement pénible à regarder, ne proposant que de rares moments réussis, et frustrant plus son spectateur qu'autre chose. Nous lui remettons une décevante pastille orange et supplions Chris Trebilcock de mieux penser son prochain long-métrage avant de se lancer dans sa mise en production.

Arflane