Don't Let Go
de Jacob Estes (2019)
   23 Juillet 2020  
Don't Let Go sur IMDb  

Grands fans de l'horreur et du fantastique que vous êtes, et encore plus grands fans de Passion Horreur évidemment, vous savez qu'il y a fort longtemps nous avons eu une semaine thématique consacrée aux boucles et paradoxe temporels et que c'est un genre dont nous sommes très friands. En grands touristes de la profession que nous sommes, nous avons croisé la route de Don't Let Go sans savoir qu'il s'agissait d'un film de ce genre là, et nous avons donc été très heureux lorsque nous nous en sommes rendus compte.

Ashley est une adolescente plongée dans une vie de famille un peu chaotique. Son père a régulièrement des démêlées avec la police et sa mère n'a pas une seconde à elle. Heureusement, son oncle Jack, inspecteur de police, est là pour elle. Un Ashley, sa mère et son père sont retrouvés morts sauvagement assassinés. Jack encaisse durement le coup et sombre dans une déprime. Jusqu'au jour où son téléphone sonne et qu'Ashley est à l'autre bout du fil, apparemment bien vivante.

Don't Let Go, production Blumhouse et première incursion dans le fantastique de Jacob Estes, est vraiment une bonne surprise. Le film est prenant, extrêmement mystérieux, et rondement mené de bout en bout. Pourquoi ne lui avons-nous pas remis une pastille verte ? Parce qu'il a tout de même deux défauts quelque peu handicapant. Le premier, il n'est vraiment pas horrifique et ne devrait probablement pas être classé en tant que tel (notamment sur IMDB). Le deuxième, sa chute est un peu trop prévisible, ce qui gâche quelque peu le plaisir du spectateur attentif. Deux petits défauts qui lui coûtent sa pastille verte mais qui ne devraient en aucun cas vous décourager de le voir tant il se regarde facilement et que la résolution de l'énigme et le dénouement du mystère valent le coup d'oeil.

Le paradoxe temporel est bien maîtrisé et la "vraisemblance" n'est altérée que pour maintenir le suspense au maximum. Un certain nombre de scènes se déroulent en parallèle, rendant régulièrement l'action relativement haletante, et l'ensemble du casting fait un excellent travail. Comme souvent avec ce genre de films, le spectateur doit accepter l'invraisemblable pour se laisser emporter par l'intrigue, et Don't Let Go nous facilite grandement la tâche à ce niveau là. Comment est-il possible que Jack et Ashley communiquent alors qu'elle est morte, quel phénomène provoque cela et rend leur interaction possible ? Voilà des questions qu'on ne se pose jamais réellement et que l'intrigue n'aborde d'ailleurs pas. Nous plongeons directement au coeur de l'enquête et du mystère et laissons de côté les détails techniques.

Nous aurions pu attendre de trouver quelques autres films fantastique tournant autour de paradoxe temporels pour vous le proposer, mais pourquoi attendre quand le spectacle est aussi divertissant. Avec Don't Let Go nous avons affaire à un bon film fantastique, l'une des meilleures production Blumhouse de l'année sans hésitations, et nous espérons en croiser d'autre du même genre dans les mois et années à venir (avec ou sans paradoxe temporel). Nous qui n'étions pas de grands fans de Jason Blum au départ (sa société Blumhouse a réellement décollé grâce aux Paranormal Activity), sommes bien obligés de reconnaître que sa présence est clairement bénéfique à l'horreur et au fantastique (même s'il y a quelques ratés de temps en temps, comme The Gallows Act 2). Jolie pastille jaune et jolie fin de semaine.

Arflane