L'Effondrement
(2019)
   22 Avril 2020  
L'Effondrement sur IMDb  

Nous devions vous proposer The Hunt (une production Blumhouse) aujourd'hui, mais ce n'est pas tous les jours qu'on vit une pandémie (du moins on espère que tout va rentrer dans l'ordre au plus tôt et que la prochaine pandémie ne s'invite pas à la fête trop vite), et nous nous sommes dit que nous ferions mieux de vous parler de L'Effondrement. Une série télé anthologique française dont les épisodes sont disponibles depuis novembre 2019, et qui traite d'une situation qui ne vous semblera plus aussi fantaisiste qu'avant.

La société s'effondre pour une raison qui nous est inconnue. Problèmes d'électricité, de ravitaillement d'essence et de nourriture, et il n'en faut évidemment pas plus pour que la liberté, l'égalité et la fraternité disparaissent. L'Effondrement nous propose de découvrir huit situations très différentes les unes des autres, illustrant l'évolution de la situation, dans un supermarché, une station service, dans un petit hameau, ainsi que des cas plus particuliers et individuels. Un petit échantillon qui nous promet de sérieuses complications si un tel scénario venait à survenir.

Guillaume Desjardins, Jérémy Bernard et Bastien Ughetto, les créateurs et réalisateurs de L'Effondrement ne doivent pas en croire leurs yeux. Car même si une crise économique (et sociétale) était annoncée depuis un bon moment et qu'il semblait clair que notre société allait droit dans le mur (ne serait-ce que d'un point de vue écologique), ils ne devaient pas s'attendre à ce qu'une crise éclate ainsi, à peine un mois après la sortie de leur série. La série nous aurait probablement filé entre les doigts si son sujet n'avait pas été à ce point d'actualité, et il en va probablement de même pour un certain nombre de spectateurs. Aubaine pour L'Effondrement ? Une petite saison qui se regarde extrêmement rapidement de part le nombre peu élevé d'épisodes et la durée restreinte de ceux-ci.

Quelques têtes connues mais surtout des épisodes intégralement filmés en plan-séquence et en caméra portée, de quoi assurer une immersion maximale (et des coûts minimaux ?). Un défi pour les techniciens et les acteurs qui ont dû répéter les épisodes de A à Z et être au point et en forme au moment de tourner l'épisode (à moins qu'il ne s'agisse de faux plans-séquences évidemment, nous n'avons pas pris le temps de vérifier). Un format amusant qui explique en partie (ou en totalité) la durée réduite des épisodes. Reste donc à savoir si les huit épisodes sont ou non de qualité.

Au niveau de l'interprétation, de l'intensité de l'action et de l'ambiance "post-apocalyptique", aucun soucis. Chaque épisode nous plonge efficacement dans un monde auquel nous pouvons nous identifier sans avoir besoin d'une imagination très fertile. Personnellement nous estimons que trois épisodes sont un peu en deçà des cinq autres, mais même ceux-ci se regardent facilement vu qu'ils sont courts. Et la mise en scène, de part l'emploi des plans séquences, est fidèle à elle-même tout au long de la saison et des épisodes.

Que vous soyez ou non confinés, que votre quotidien soit revenu à une apaisante et banale (et étrangement agréable) routine, n'hésitez pas à regarder L'Effondrement, cela ne vous prendra pas beaucoup de temps et vous passerez probablement un bon moment. Sauf, évidemment, si vous en avez plein le nez des crises et du stress existentiel qu'elles provoquent. Nous remettons une pastille jaune à L'Effondrement et espérons qu'il ne s'agit bien que d'une fiction (du moins pour quelques longues années encore).

Arflane