La Mouche
de David Cronenberg (1986)
   04 Octobre 2016  

Une carrière de réalisateur est faite de hauts et de bas (pour certains il n'y a que des bas) et la loi du box-office est souvent cruelle. David Cronenberg, après une série de films très particuliers et personnels ayant connu un certain succès critique, a fini par succomber aux sirènes hollywoodiennes et a accepté de réaliser un film de studio : The Dead Zone. Pire encore, trois années plus tard, il accepte de mettre en scène un remake ! La fin de carrière est proche ?

Seth Brundle est un scientifique sur le point de mettre au point une invention qui devrait révolutionner un certain nombre de choses. Veronica Quaife est journaliste et rencontre Seth lors d'une soirée. Elle s'intéresse à son travail et accepte de ne rien en révéler contre l'exclusivité du sujet et la possibilité d'écrire un livre traitant du sujet. Mais une des expériences de Brundle ne se passe pas tout à fait comme prévu et son corps et son esprit commencent à subir quelques mutations.

Fin de carrière pour David Cronenberg à cause de La Mouche ? Certainement pas car ce film est un chef d'oeuvre ! Un terme que nous n'employons pas souvent et que certains trouveront peut-être exagéré, mais La Mouche a un certain nombre de qualités indéniables, dont une qu'on ne croise pas tous les jours : la limpidité. Tout s'y enchaîne de manière logique et évidente, sans rebondissements superflus ou détours inutiles pour gagner un peu de temps. Les personnages vont du point A au point B sans qu'on ait à se demander pourquoi et même si le tout s'avère du coup quelque peu prévisible, le spectateur ne s'ennuie pas une seule seconde et attend la suite avec impatience.

Le succès de La Mouche est certes imputable à David Cronenberg, à son sens de la mise en scène et à sa passion pour les mutations, aux acteurs, notamment Jeff Goldblum dans le rôle phare, qui ont su donner vie aux personnages, mais il faut aussi souligner le travail d'écriture qui a été fait pour rendre l'histoire aussi prenante. La Mouche n'est pas un simple remake de La Mouche Noire de 1958. Certes les effets spéciaux de 1958 n'étaient pas à la hauteur pour illustrer convenablement les mésaventures de ce scientifique se retrouvant soudainement "transformé" en mouche, mais la version 1986 va au-delà des simples progrès technologiques. L'intrigue est plus intéressante, moins naïve, moins simpliste et beaucoup plus dramatique.

Meilleur film de Cronenberg à ce stade de sa carrière (en 1986 donc), La Mouche mérite une belle pastille verte et se regarde encore très agréablement, les effets spéciaux étant encore largement à la hauteur. Il nous reste désormais deux films à voir dans la série des mouches, La Malédiction de la Mouche de 1965, troisième volet de la série originelle, et La Mouche 2 de 1989, suite du remake de Cronenberg.

Arflane