Insidious : La Dernière Clé
de Adam Robitel (2018)
   10 Avril 2018  

Saw et Insidious sont des sagas de films d'horreur relativement comparables. Non pas pour leurs thèmes vu que Saw nous parle de victimes devant lutter pour leur survie en se soumettant à des épreuves douloureuses, alors qu'Insidious nous parle plutôt de fantômes, démons et de familles dont le quotidien est devenu intenable. Mais dans les deux cas, on retrouve deux noms au générique du premier film (ou des deux premiers éventuellement), James Wan et Leigh Whannell. L'un à la réalisation, l'autre au scénario, le duo fonctionne bien. Mais après quelques films d'autres projets les appellent ailleurs et les franchises tendent à sombrer quelque peu, perdant de leur éclat, perdant de leur effroi. Voyons si Insidious : La Dernière Clé, quatrième volet de la saga Insidious, confirme cette tendance.

Elise Rainier, une parapsychologue capable de voir et communiquer avec les esprits, est habituée à aider des gens dont le quotidien est perturbé par des esprits hantant leur maison. Mais lorsqu'un certain Ted Garza l'appelle un jour pour lui demander son aide, elle hésite. Celui-ci habite en effet dans la maison d'enfance d'Elise, une maison où elle a connu des moments difficile, une maison qu'elle pensait avoir fui pour toujours. Accompagnée de ses fidèles acolytes Specs et Tucker, elle finit tout de même par y aller, pour affronter ses vieux démons.

Les deux premiers Insidious sont de vraiment bons films d'horreur. Les histoires racontées ne sont pas révolutionnaires, mais la réalisation est excellente, les acteurs très bons et la tension et la peur parfaitement maîtrisées. Arrive alors Insidious : Chapitre 3, réalisé cette fois par Leigh Whannell, une préquelle un peu inutile même si elle était sympathique. Insidious : La Dernière Clé est la suite de cette préquelle. Quatrième histoire de fantômes, et quatrième apparition d'Elise, de Specs et Tucker, les héros des deux dernier opus. Difficile de nous proposer quelque chose de follement original en gardant autant d'éléments des précédents films, mais Leigh Whannell (toujours scénariste du film) va faire de son mieux.

C'est au niveau de l'intrigue qu'il apporte un peu d'originalité, en axant plus l'histoire sur les vivants que sur les morts, mais que les fans de spectres se rassurent, Insidious : La Dernière Clé en contient tout de même quelques-uns. Mais dans l'ensemble, ce quatrième volet est moins effrayant que les trois premiers. Moins de sursauts, moins de tension mais un scénario travaillé et un casting de qualité. Insidious 4 ne souffre réellement que de la comparaison avec les deux premiers films de la saga, sans quoi nous n'aurions pas trouvé grand-chose à lui reprocher.

Nous lui remettons une pastille jaune et estimons qu'il s'agit de l'ultime film de la franchise. À moins qu'un nouveau personnage principal ne prenne le relai et qu'une franchise parallèle ne voit le jour.

Arflane