Pledges de D.J. Red (2018)    03 Décembre 2019     

De par nos limitations de temps ces derniers mois, nous avons quelque peu éludé un certain type de films d'horreur : les pires ! Mais il en va dans l'horreur comme dans tout le reste, c'est en se vautrant dans la poussière qu'on apprécie réellement les bons bains chauds (proverbe fidjien). Et en matière de poussière, nous vous avons dégoté un petit film d'horreur dont vous nous donnerez des nouvelles.

Une fraternité mixte organise un weekend de bizutage pour déterminer si six étudiants ont le droit ou non de rejoindre leurs rangs. Le weekend consiste en une séance de camping parsemée de défis que les garçons et les filles vont devoir relever. Malheureusement ils n'ont pas choisi le bon coin pour camper et vont rapidement se retrouver aux prises avec une étrange entité bien décidée à les éliminer les uns après les autres.

Nous mettons moins de pastilles rouges ces derniers temps. En partie parce que nous avons moins de temps et sélectionnons un tout petit peu mieux nos films, mais pas uniquement. Il est également possible que nos attentes soient désormais plus basses et que nous trouvons des excuses à certains films. Et bien pas aujourd'hui ! La pastille rouge attribuée à Pledges n'est clairement pas la plus sanglante que nous ayons attribué sur notre blog, et en d'autres temps nous lui aurions peut-être remis une toute petite pastille orange (mais alors vraiment petite). Mais aujourd'hui nous n'étions pas d'humeur à voir un film où il ne se passe rien, peuplé de mauvais acteurs et enrobé dans de terribles effets spéciaux.

Que dire de plus sur Pledges ? Nous pourrions tenter de vous expliquer la superficialité totale de l'intrigue que les deux scénaristes ont probablement écrit au dos d'une serviette du McDonald. Qu'au-delà des deux tantes plantées dans une clairière de forêt, l'action du film est essentiellement composée de personnages faisant à peu près n'importe quoi, sans logique aucune (lorsqu'un de leur camarade se fait une fracture ouverte à la jambe, ils attendent le lendemain pour se dire qu'il serait peut-être une bonne idée de panser sa plaie). Difficile de connaître la nature exacte de la menace planant sur eux, tant l'intrigue oscille entre créatures, esprits et rituels sataniques (mais de manière beaucoup plus floue que ça), et attendre la fin du film (qui ne dure que 77 minutes pourtant) a été particulièrement douloureux.

Notre article manque lui aussi de consistance car nous peinons à trouver quelque chose d'intéressant à dire sur Pledges. Impossible de complimenter la réalisation de D.J. Red, la prise de son est mauvaise, l'éclairage aléatoire, et la liste pourrait être encore longue. Pourtant il aurait suffi d'étoffer un tout petit peu l'entrée en matière du film pour que l'histoire soit tout de suite un peu plus intéressante. Les acteurs auraient ainsi eu une petite chance de mettre en avant un éventuel talent, ce qu'ils n'ont pas pu faire avec cette pitoyable intrigue. Et penchons-nous un instant sur l'affiche du film, ce que nous faisons très rarement, pour signaler qu'elle est ridiculement mensongère. Le film ne contient aucune cheerleader et pas l'ombre d'un couteau.

Tout cela mérite donc bien une pastille rouge, nous avons réussi à nous convaincre nous-même !

Arflane