Les Révoltés de l'An 2000
de Narciso Ibáñez Serrador (1976)
   04 Avril 2018  

En mars 2013 nous vous avions parlé du film Come Out and Play de Makinov. Un piètre remake mexicain sans intérêt d'un classique de l'horreur espagnole sorti en 1976 et magnifiquement titré Les Révoltés de l'An 2000 ! Pourquoi revenir aujourd'hui sur ce vieux film espagnol ? Tout simplement parce que nous vous avons parlé de Verónica il y a deux jours et que Les Révoltés de l'An 2000 y fait une petite apparition. L'occasion était trop belle, nous n'avions pas le choix.

Tom et Evelyn, qui est enceinte de six mois, sont deux touristes anglais qui découvrent les beautés de la côte espagnole. L'afflux massif de touristes actuellement là pour un carnaval les pousse à s'exiler quelque peu en allant visiter une petite île au large. Arrivés sur place, ils se rendent rapidement compte que quelque chose ne tourne pas rond, aucun adulte à l'horizon et ils ne croisent que des enfants au comportement définitivement étrange.

A l'époque où nous avions vu Come Out and Play nous ne connaissions pas Les Révoltés de l'An 2000 et n'avions donc pas pu comparer efficacement les deux versions. Maintenant que nous l'avons vu et bien vu, nous pourrions enfoncer encore un peu plus le remake, mais tel n'est évidemment pas notre but. Parlons plutôt du film du jour et de ce qui en a fait un film marquant du paysage cinématographique espagnol. Tout commence avec des images d'archives bien réelles nous parlant de la Seconde Guerre mondiale, de l'indépendance de l'Inde, de la guerre de Corée, etc. Autant de conflit où des civils sont morts et parmi eux de nombreux enfants.

Ainsi, lorsque notre couple de héros arrive sur cette petite île et qu'ils se retrouvent confrontés à des enfants bien décidés à leur faire regretter leur goût des excursions et du tourisme, cette introduction nous présentant les enfants comme des victimes prend évidemment tout son sens. Eux qui ne sont responsables de rien, subissent les décisions des adultes et meurent lors de conflits qu'ils n'ont pas débuté, décident tout d'un coup de ne plus se laisser faire et de prendre les choses en main. Vous imaginez à peu près ce qui peut se passer durant l'intrigue des Révoltés de l'An 2000 et nous n'allons évidemment pas en dire plus à ce sujet.

D'un point de vue horrifique Les Révoltés de l'An 2000 n'est pas fou. L'action est peu soutenue et les rebondissements relativement prévisibles (nous disons cela bien trop souvent !), mais cela nous laisse aussi le temps de réfléchir à la thématique abordée par le film, et de voir les réactions des personnages confrontés à de bons gros cas de conscience. Nous ne nous étendrons pas sur la morale du film, qui peut être interprétée de différentes manières, mais la simple présence d'une morale à la fin d'un film d'horreur est déjà particulièrement remarquable.

Les Révoltés de l'An 2000 reçoit une pastille jaune et vaut infiniment plus la peine que le paresseux remake de 2012. Deux films espagnols et un film italien ? Serions-nous en plein dans une semaine thématique ?

Arflane