Severance
de Christopher Smith (2006)
   24 Octobre 2006  

C'est en 2004 que Christopher Smith est apparu sur nos radars à grand coup de Creep ! Un film d'horreur pur et dur, efficace et sans concessions. Deux années plus tard, sans crier gare, il revient avec Severance, un film très différent, mais toujours au top.

La compagnie Palisade marche bien et les ventes d'armes sont bonnes. Pour récompenser les employés, et pour souder les liens au sein de l'équipe de vente, un petit séjour de détente et d'amusement dans un chalet perdu dans la forêt quelque part en Europe de l'Est. Le séjour n'a pas même le temps de démarrer que les ennuis commencent déjà, et la suite promet d'être encore pire.

Le synopsis ne vend pas forcément la mèche, mais Severance est en fait une comédie horrifique. Christopher Smith n'aurait que difficilement pu s'éloigner plus de son premier long-métrage, et c'est justement pour cette raison que ce film est si intéressant. Nombre de réalisateurs sont connus pour un style précis de films, une manière de filmer, un thème de prédilection, etc., mais monsieur Smith se paye le luxe de sauter du coq à l'âne en l'espace de deux ans. Et il fait une nouvelle fois mouche avec cette comédie horrifique rondement menée, au casting solide et à l'intrigue efficace.

Les gags sont nombreux, le rythme soutenu, et tout ça dans un contexte typiquement horrifique. Les pays de l'est ont désormais une salle réputation, Hostel sorti une année auparavant s'est chargé de baliser le terrain, et nous savons maintenant que des pays comme la Serbie, la Roumanie ou la Hongrie sont aussi dangereux, si ce n'est plus, que l'outback australien ou le Sud américain. Les personnages de Severance ont donc fort à faire avec la population locale et avec les quelques pièges délicatement éparpillés pour eux, pour le plus grand plaisir des spectateurs.

Severance reçoit une pastille verte et nous n'aurons probablement pas longtemps à attendre avant de découvrir où Christopher Smith nous entraînera dans son prochain film. Après les profondeurs du métro et un chalet perdu en pleine nature, il aura certainement envie de changer d'air.

Arflane