Instinct de Survie
de Jaume Collet-Serra (2016)
   26 Septembre 2016  

Vous êtes-vous déjà demandé de quoi vous seriez capable si vous vous retrouviez dans la même situation que les personnages de vos films ou séries d'horreur préférés ? Seriez-vous capables d'échapper à un tueur masqué ? De survivre à une invasion de zombies ? Ou auriez-vous la chance (ou malchance) d'être immunisé contre la maladie qui s'apprête à éradiquer 99% de l'espèce humaine ? Car au fond de votre canapé il est évidemment facile de critiquer les personnages qui prennent de mauvaises décisions et finissent charcutés par le grand méchant. Certains films misent tout sur ce postulat simple, un personnage, une situation, et sa résolution.

Nancy est en vacance dans un coin paradisiaque et elle a bien l'intention d'en profiter pour surfer un peu. Manque de chance, alors qu'elle est au large à attendre la bonne vague, elle se fait attaquer par un grand requin blanc. Parviendra-t-elle à rejoindre la plage saine et sauve sans finir dans son estomac ?

Nous ne vous avons pas menti et le synopsis ci-dessus le confirme, Instinct de Survie (The Shallows en anglais) s'appuie sur un scénario d'une simplicité enfantine. D'autres films ont déjà fait le tour du sujet par le passé, comme Open Water en 2003 ou The Reef en 2010, mais le sujet est indémodable et la montée des eaux prévues pour les décennies à venir devraient nous réserver un grand nombre de films aquatiques. Reste maintenant à voir si Jaume Collet-Serra (que nous avons déjà croisé avec Esther en 2009) a su rythmer son récit ou si Blake Lively a juste passé de longues heures dans l'eau à tourner en rond.

Et à notre plus grande et meilleure surprise, Instinct de Survie s'en sort plutôt bien en terme de rebondissements, de rythme et de suspens. Certes le film ne fait que 86 minutes, mais nous avons déjà vu des longs-métrages plus courts s'étirer sur ce qui semblait être des heures d'ennui insupportables. Instinct de Survie prend un peu son temps au départ, nous présentant Nancy et les raisons de sa présence ici, avant de la mettre à l'eau pour de bon, et la confronter aux joies et aux dangers du surf. Et lorsqu'elle se retrouve blessée et en danger de mort sur un bout de rocher en pleine mer, le spectateur a tout loisir de se demander ce qu'il ferait à sa place.

L'ensemble reste évidemment relativement convenu et prévisible, mais Instinct de Survie est tout de même nettement meilleure que ce que nous avaient laissé craindre certaines critiques. Tout repose évidemment sur les épaules de Blake Lively qui s'en sort très bien et permet au film de recevoir une pastille jaune.

Arflane