Trauma
de Dan Curtis (1976)
   10 Décembre 2019  

La maison de Kolobos, avec ses pièges et ses caméras, ne nous ayant pas satisfait dans le département des demeures marquantes et effrayantes, nous nous sommes lancés à la recherche d'une maison digne de ce nom. Et au détour d'un siècle passé, au fin fond des années 1970, nous avons nous avons trouvé notre bonheur. Trauma ! Même son titre semble indiqué qu'il faut se jeter dedans avec prudence.

Ben et Marian n'en reviennent pas. La maison qu'il s'apprêtent à louer pour l'été est énorme, magnifique, dotée d'un jardin et d'une piscine, et ils vont l'avoir pour une bouchée de pain. Seule obligation pour eux, l'entretenir et nourir la vieille dame qui vit au dernier étage. Une tâche qui semble de taille, en tout cas pour ce qui concerne l'entretient de la maison, mais ils décident qu'ils ne peuvent passer à côté d'une chance pareille et acceptent. Mais leur petit séjour en compagnie de leur fils et de la tante de Ben va pourtant s'avérer tout sauf idyllique et ils vont amèrement le regretter.

Nous ne connaissions absolument pas Trauma (Burnt Offerings en version originale, ce qui signifie apparemment holocauste) et l'avons donc découvert cette semaine (en votre compagnie ?). À notre grand étonnement, ce film qui n'a qu'un raisonnable 6,5 sur IMD s'est avéré être l'un des tous meilleurs films de "maison hantée" que nous ayons vu ces dernières années. En le visionnant nous avons d'ailleurs été pris d'un doute et sommes allé vérifier l'année de sortie Shining (le roman, pas le film qui est, comme tout le monde le sait, sorti en 1980), et nous avons alors vu que King avait sorti son roman en 1977 alors que Trauma est lui sorti en 1976. Impossible dès lors d'accuser Dan Curtis ou son scénariste William F. Nolan d'avoir plagié le maître de l'horreur (l'un des nombreux maîtres de l'horreur). D'autant plus que Trauma est en fait une adaptation d'un roman de Robert Marasco, ce qui clôt le débat.

Trauma nous a donc fait penser à Shining pour cette histoire d'une famille qui part vivre dans une grande maison (pas aussi grande que l'Overlook Hotel certes) dont ils doivent s'occuper. Leur séjour va avoir un effet certain sur leur caractère et leur comportement va s'en ressentir (à l'image de Jack Torrence dans Shining qui pète quelque peu les plombs et s'en prend à sa famille). Le mystère est épais et plane tout au long du film de manière très réussie. Que ce soit lors de la scène d'introduction qui pose directement les bases d'une situation intrigante à souhait, ou tout au long de l'intrigue qui voit les personnages subir et faire subir.

Les acteurs sont bons dans leur rôle, le décor extrêmement bien géré et devient un personnage lui aussi, évoluant au fil des rebondissements. Nous pourrions poursuivre en vous expliquant tout le mal qu'on pense désormais des piscines, des grandes maisons et de la nature de manière générale, mais nous préférons vous laisser découvrir ou redécouvrir tout cela en regardant Trauma. Nous lui remettons une pastille verte pout toutes ses qualités et en matière de film de maison hantée, Trauma reste un modèle d'efficacité.

Arflane