I Trapped the Devil de Josh Lobo (2019)    21 Novembre 2019     

Est-ce la présence d'AJ Bowen au générique d'I Trapped the Devil qui nous a poussé à regarder le film, ou l'aurions-nous regardé de toute manière ? Difficile à dire et complètement inintéressant ! Quoi qu'il en soit, I Trapped the Devil est notre troisième et dernier film de la semaine et il vous propose de passer Noël en étrange compagnie.

S'il y a bien une chose à laquelle Steve ne s'attendait pas, c'était à voir débarquer son frère Matt et sa femme Karen pour les fêtes de Noël. Lui qui a déjà fort à faire avec l'individu enfermé à la cave, aurait bien pu se passer de cette distraction supplémentaire. D'autant plus que son frère Matt ne semble pas très enclin à croire son histoire. Lui qui est pourtant persuadé d'avoir piégé le Diable.

I Trapped the Devil est un film plein de mystère et recouvert d'une bonne couche de confusion, mais pas forcément pour les bonnes raisons. Josh Lobo, le réalisateur, est ici à l'oeuvre sur son tout premier long-métrage (et n'a aucun court-métrage à son actif d'après sa page IMDB), et c'est probablement de ce côté qu'il faut chercher une explication pour l'impression que nous a laissé son film. L'histoire est simple, le film n'a que dix acteurs/actrices à son générique, et pourrait très facilement être adapté en pièce de théâtre de par sa structure à huis-clos. Voilà une liste de caractéristiques qui semblent idéales pour un premier long-métrage, et pourtant ...

Bien qu'il ne soit pas dénué de qualités, I Trapped the Devil est surtout inutilement long (alors qu'il ne dure déjà qu'une heure et vingt-deux minutes). Son intrigue est presque trop simple, et de nombreux plans viennent ainsi ponctuer les dialogues ou les interactions entre les personnages pour combler le vide et allonger la durée du film. Des plans dont on va nous dire qu'ils sont là pour accentuer la sensation étrange que les protagonistes récentes et que nous sommes censés ressentir nous aussi en tant que spectateurs, mais nous ne sommes pas dupes, elles sont bien trop répétitives pour n'être que ça. Sans parler de la structure pas tout à fait linéaire de la narration qui en rajoute une petite couche, histoire de.

Pourtant il n'aurait pas été extrêmement compliqué d'étoffer quelque peu l'intrigue pour combler ces vides autrement. Par exemple, en ajoutant une dimension comique à l'ensemble et en agrandissant le nombre de participant à cette réunion familiale. Quitte à ce que le personnage de Steve reste terriblement austère et sérieux. Mais nous ne sommes pas scénaristes et encore moins responsables du budget de son film et ne savons donc pas ce que Josh Lobo était en mesure de faire avec les moyens qu'il avait. I Trapped the Devil montre un certain potentiel et nous sommes persuadés qu'il sera en mesure de faire mieux dès son prochain film, en espérant qu'il poursuive dans le domaine évidemment. Ce premier long-métrage reçoit une pastille orange, la série se poursuit.

Arflane