Mermaid Down
de Jeffrey Grellman (2019)
   24 Mars 2020  
Mermaid Down sur IMDb  

Vous arrive-t-il de vous demander quel sera le prochain film que vous allez voir ? Nous, c'est une question que nous nous posons sans cesse. Et cette fois-ci nous avions le choix entre un film au synopsis absolument pas engageant et très mal noté sur IMDB, et Mermaid Down, un film parlant de sirènes doté de la sublime note de 7,4 au moment où nous l'avons visionné. Notre choix a été relativement rapide et facile à faire. Mais avons-nous bien fait ?

Le docteur Beyer est psychiatre à la tête d'un asile ne contenant que des femmes. Un jour, il croise chanceusement la route de deux marins étant parvenus à capturer une sirène. Il décide de ramener celle-ci dans son asile pour l'étudier. Mêlée aux patientes, la sirène va petit à petit sortir de sa coquille.

Mermaid Down est un film très intéressant, un film comme nous n'en avons pas croisé beaucoup ces dernières années. Intéressant car il détient un très fort potentiel cinématographique et aurait pu, entre les bonnes mains, recevoir une jolie pastille jaune, voir même une petite pastille verte. Malheureusement, ce ne sont pas les bonnes mains qui l'ont confectionné. Pourtant, cette histoire de sirène sortie de son élément et mêlée à un groupe d'individus assez disparates (toutes les femmes internées dans l'asile dans le cas présent) qui vont se retrouvés confrontés à un terrible danger, semble tout droit sortie d'un livre de contes. D'ailleurs, si vous désirez voir une version de cette même histoire un peu plus aboutie et tenant mieux la route que Mermaid Down, n'hésitez pas à voir ou revoir La Jeune Fille de L'Eau de M. Night Shyamalan. Car oui, Mermaid Down semble tenter d'émuler le film de Shyamalan, allant jusqu'à s'inspirer très ouvertement des musiques de James Newton Howard.

Mais avant de vous dire que notre film du jour est globalement mauvais et reçoit une pastille orange (et que nous pronostiquons une chute drastique de sa note IMDB dans les mois à venir), arrêtons-nous tout de même sur ses qualités et défauts de manière plus détaillée. Le principal défaut, celui qui plombe l'ensemble du début à la fin, réside dans la mise en scène calamiteuse de Jeffrey Grellman. Lorsqu'on n'a pas les moyens de montrer les choses (car le budget ne le permet pas), il y a généralement tout de même une manière de tourner les scènes pour que l'action soit compréhensible et même cinématographique. Mais la caméra de monsieur Grellman se perd trop souvent, gâchant plan après plan, et rendant les éventuels efforts de ses actrices et acteurs caducs.

Mais l'intrigue n'est pas pour autant exemplaire, vu que Mermaid Down ressemble à une fête foraine où se croiseraient sans grande logique un savant fou, une sirène, un molosse enragé, un fantôme et un vieux pécheur barbu. Les scénaristes ont peut-être voulu en faire un peu trop, ou le réalisateur n'a en tout cas pas su donner vie à l'histoire par la suite. Nous pourrions nous étaler sur les faiblesses de la scène d'introduction, l'invraisemblable asile psychiatrique qui semble situé au sein d'un petite maison de banlieue, et le comportement des personnages souvent aberrant. Mais nous pensons que le message est passé. Côté qualités, il nous faut bien avouer que de rares scènes ont réussi à s'extirper des mailles du filet et surnagent loin au dessus d'autres, et ce sont ces scènes là qui nous font regretter que la confection de Mermaid Down n'ait pas été mieux maîtrisée. Certains personnages et certaines actrices auraient également mérité plus d'espace pour s'exprimer et donner un peu plus de corps à l'ensemble.

Mermaid Down est une presque réussite et une semi-déception. Un film qui ne mérite clairement pas 7,4, et qui reçoit une pastille orange de notre part.

Arflane